« l'Église catholique vit, depuis un certain temps, une crise profonde. Historiquement au Québec, jusqu'à la fin des années cinquante, tout ou presque (de l'école aux hôpitaux) était dans les mains de l'Église... Tout s'est écroulé à partir des années soixante. Plusieurs facteurs ont joué dans cette métamorphose : l'influence marxiste et l'affirmation de l'étatisme, mais aussi l'impact du Concile Vatican II sur l'Église locale...»

- Cardinal Ouellet

jeudi 15 octobre 2015

Patrimoine menacé de destruction pour faire place à la communauté juive

Source



Des citoyens de Notre-Dame-de-Grâce s’opposent farouchement à la démolition d'une église centenaire, menacée par un projet de construction de maisons de ville et l’établissement d’une communauté juive.

Une assemblée publique de consultation pour un projet particulier de construction résidentielle s’est terminée avec éclat hier soir. Des dizaines de citoyens ont exprimé avec émotion leur opposition à la démolition de l'ancienne église Saint-Columban pour y construire sept maisons de ville.

Le terrain de l’église appartient à une compagnie à numéro, qui loue les locaux du centre communautaire adjacent à la Chabad NDG, une communauté juive, depuis 2013. Les discussions de l’assemblée concernaient autant l’aspect patrimonial de l’église Saint-Columban que les activités de la Chabad, jugées trop bruyantes pour le quartier.

«Une église qui est classée ne devrait pas être retirée selon le bon vouloir des élus. Qui sommes-nous pour juger que cette église n'a plus de valeur?» de s'interroger vivement Monique Charpentier.

vendredi 9 octobre 2015

Gatineau: vandalisme, vol et indifférence...

Encore une enquête pour vol et vandalisme et non pour «crime haineux» ... et si c'était une synagogue ou une mosquée ?


«C'est une bien mauvaise surprise qui attendait les bénévoles de la Fabrique lorsqu'ils sont entrés au presbytère de l'église Saint-François-de-Sales de Gatineau vendredi matin. L'endroit a été la cible d'un ou des vandales qui ont fait d'importants dégâts.

Des portes, des meubles, les murs et même le plafond ont été endommagés. La valeur de l'étendue des dégâts n'a pas encore été chiffrée, mais le vice-président de la Fabrique Yvon Méthot estime qu'il sera dispendieux de tout réparer.»

«Le ou les suspects se seraient introduits en fracassant une fenêtre des locaux de la soupe populaire avec une roche. Même si aucune somme n'a été volée, des objets seraient disparus.»

L'archevêque de Gatineau Paul-André Durocher a pu lui-même constater les dégâts puisqu'il célébrait ce week-end le 175e anniversaire de la paroisse Saint-François-de-Sales.

Le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) confirme avoir ouvert une enquête pour entrée par effraction, vol et vandalisme.