« l'Église catholique vit, depuis un certain temps, une crise profonde. Historiquement au Québec, jusqu'à la fin des années cinquante, tout ou presque (de l'école aux hôpitaux) était dans les mains de l'Église... Tout s'est écroulé à partir des années soixante. Plusieurs facteurs ont joué dans cette métamorphose : l'influence marxiste et l'affirmation de l'étatisme, mais aussi l'impact du Concile Vatican II sur l'Église locale...»

- Cardinal Ouellet

dimanche 20 septembre 2015

Vandalisme d'un cimetière à Acton-Vale

Source

«La Sûreté du Québec enquête à la suite de méfaits commis ce mardi au cimetière d’Acton Vale.

Une quarantaine de pierres tombales ont été vandalisées.

Peu avant 12 h 30, les policiers ont été contactés concernant la présence de plusieurs jeunes dans le secteur.

Deux d’entre eux ont été mis en état d’arrestation alors que d’autres doivent être rencontrés dans les prochaines heures.»

vendredi 11 septembre 2015

Saguenay: État de décrépitude des églises



Les églises depuis 4 ans: 61 démolitions...


BILAN:

  • 190 sans nouvelles fonctions
  • 61 démolies
  • 180 transformées pour de nouvelles utilisations
  • 129 sans usage
  • 52 aux mains de municipalités
  • 79 fermées

«Un peu partout au Québec, des projets ont transformé des églises en condos, en restaurants, en salles communautaires ou de spectacles. Malgré ces quelques succès, le patrimoine religieux est menacé de disparition, selon une récente enquête du Conseil du patrimoine religieux. Au cours des quatre dernières années, l’organisme paragouvernemental a répertorié les lieux de culte menacés de fermeture, de vente, de transformation ou de démolition.»

«L’enquête révèle un point de bascule en 2014: 190 églises n’ont pas trouvé de nouvelles fonctions, pendant que 180 autres ont été transformées en bâtiments polyvalents, communautaires, culturels ou résidentiels. Le nombre de démolitions a doublé durant la période pour atteindre 61 cas depuis mai 2012. Quelque 129 édifices restants sont jugés sans usage, pour lesquels il n’y a aucune démarche, projet ou acquéreur potentiel connu. De ce nombre, 79 lieux sont fermés et 42 à vendre.

«L’an dernier, nous avons vu une accélération incroyable du phénomène avec 433 bâtiments qui ont changé de vocation. C’est 17 % de toutes les églises du Québec qui prennent une nouvelle vocation. C’est ce qui fait qu’elles servent encore», explique Denis Brodeur, chargé de projet du Conseil du patrimoine religieux.


Depuis 2012, 52 églises sont aux mains des municipalités, ce qui représente la seule catégorie d’acheteurs en croissance, leur nombre ayant doublé en 30 mois.

  • «Avec la chute draconienne des pratiquants et du paiement de la dîme par les citoyens, des factures de chauffage de 40 000 $ par année, des réparations multiples du bâtiment et des frais d’électricité qui ne cessent d’augmenter, plusieurs fabriques vivent des déficits importants et ne sont plus capables d’entretenir les églises.»
  • « Dans la municipalité de L’Islet, une des trois églises a été vendue puis démolie pour faire place à un stationnement. Ce stationnement rapportera des taxes à la municipalité, tandis que l’église n’en versait pas. »