« l'Église catholique vit, depuis un certain temps, une crise profonde. Historiquement au Québec, jusqu'à la fin des années cinquante, tout ou presque (de l'école aux hôpitaux) était dans les mains de l'Église... Tout s'est écroulé à partir des années soixante. Plusieurs facteurs ont joué dans cette métamorphose : l'influence marxiste et l'affirmation de l'étatisme, mais aussi l'impact du Concile Vatican II sur l'Église locale...»

- Cardinal Ouellet

samedi 20 décembre 2014

Atatürk cité favorablement par Djemila Benhabib

Djemila & Atatürk


Dans un article paru le 21 juillet 2014, Djemila Benhabib a cité un certain Atatürk comme étant un « célèbre franc-maçon » digne de mention en défense d’un autre franc-maçon de Trois-Rivières menacé d’expulsion de l'Église catholique. Au lecteur moyen québécois, la chose peut sembler anodine, il s'agit quand même d’un personnage peu connu des Québécois. Pourtant, Atatürk n'est pas n'importe qui : il a joué un rôle dans le génocide arménien et l'épuration ethnique des Grecs d'Anatolie, deux peuples chrétiens.

Voici une traduction d’un extrait sur Mustafa Kemal « Atatürk » publié par le National Armenian Institute:

« Kemal a d’abord dirigé ses forces contre les Français en Célicie ce qui causa des conséquences dévastatrices pour les Arméniens. Suite aux encouragements et promesses de protection de la part des alliés la plupart des survivants arméniens s’étaient rapatriés en Célicie en 1919. Les unités kémalistes ont attaqué la ville de Marash en janvier 1920 avec comme conséquence des massacres de masse des populations arméniennes, ce fut le début de la fin pour le peu de survivants. »

Le texte nous apprend également que la ville de Hadjin a connu le même sort, laissant derrière seulement 500 survivants arméniens. Les Français ont évacué la Célicie en octobre 1921, mais pendant ce temps « le gouvernement d'Ankara ordonna secrètement l'élimination physique de l'Arménie », la moitié du pays a été annexée à la Turquie, et l'autre fut prise par l'Union soviétique.

En septembre 1922, les forces kémalistes ont attaqué la ville de Smyrna et chassé les troupes grecques. Peu de temps après, « un incendie fut allumé dans le quartier arménien » qui rasa le quartier chrétien au grand complet et força l'évacuation des Arméniens par la mer.

« Avec l'exode des Arméniens du territoire continental, Mustafa Kemal a complété ce que Talaat et Enver avaient commencé en 1915; l'éradication de la population arménienne de l'Anatolie et la fin des aspirations politiques de ceux-ci dans le Caucase »
«... avec l'expulsion des Grecs, la turquification et l'islamisation de l'Asie mineure était pratiquement terminée. »

Après la guerre en 1923, Mustafa Kemal devient « Atatürk », qui veut dire le père des Turcs. En 1936, Atatürk fait des pressions envers la France pour obtenir le territoire d'Iskenderun dans la Méditerranée qui comprend 23 000 Arméniens. La France cède le territoire en 1938 et Atatürk envoie ses troupes, ce qui provoque le départ des Arméniens, craignant pour leur vie, vers la Syrie et le Liban.

Résultat: la Turquie est maintenant 99.8% musulmane

Comme nous pouvons le constater, non seulement Atatürk semble avoir été un criminel de guerre, mais il participa à une épuration ethnique et religieuse des Arméniens et des Grecs en Anatolie.

Il est tout à fait navrant de constater d'abord qu'une personnalité publique et ex-candidate du Parti Québécois comme Djemila Benhabib puisse citer Mustafa Kemal « Atatürk » en exemple sans broncher, mais en plus que ceci soit publié sans la moindre protestation et, par-dessus tout, au nom de « l'humanisme » et de la « laïcité ».

Les massacres, les génocides et les épurations ethniques sont-ils soudainement acceptables lorsque ceux-ci sont perpétrés contre des chrétiens?


Djemila Benhabib a également cité Atatürk lors de la réception du Prix de la laïcité en 2012.

3 commentaires:

  1. Ouin... c'est claire qu'il y a un double standard... ça rappel SPST de Génération National qui visite les camps de concentrations, mais d'un autre côté il est proche de Djemila Benhabib qui parle en bien et cite un dictateur qui a chassé et massacré des chrétiens... y a t-il une échelle de la souffrance ? Désolant... ou c'est possiblement de la simple ignorance crasse... j'ai trouvé cet article la aussi au sujet de Djemila... http://www.lebonnetdespatriotes.net/lbdp/index.php/component/k2/item/912-djemilah-benhabib-histoire-dune-imposture

    RépondreEffacer
  2. En parlant d'hypocrisie, Israël ne reconnait même pas ce génocide...

    RépondreEffacer
  3. Le génocide arménien fut planifié dans une loge maconique a Salonique (en Grece) pendant la genese du mouvement des Jeunes Turques, financé par les Rothschilds pour qui la communauté arménienne etait une rivale sur leur desseins commerciaux dans les Caucases, surtout sur le pétrole de Baku. Les Rothschilds ont visé le monopole de l'éxploitation du pétrole de la région de Baku, avec leur société Baku Oil.

    http://rense.com/general64/genoc.htm
    https://www.youtube.com/watch?v=QDAZkhc-HUU

    RépondreEffacer