« l'Église catholique vit, depuis un certain temps, une crise profonde. Historiquement au Québec, jusqu'à la fin des années cinquante, tout ou presque (de l'école aux hôpitaux) était dans les mains de l'Église... Tout s'est écroulé à partir des années soixante. Plusieurs facteurs ont joué dans cette métamorphose : l'influence marxiste et l'affirmation de l'étatisme, mais aussi l'impact du Concile Vatican II sur l'Église locale...»

- Cardinal Ouellet

mercredi 1 mars 2017

Tentative de retrait du crucifix à l'Hôpital Saint-Sacrement


«Malgré les protestations, l'Hôpital Saint-Sacrement maintient sa décision de retirer le crucifix de son hall d'entrée.

«Il n'y a pas de changement dans notre décision et le crucifix sera retourné à la communauté religieuse», a soutenu jeudi la porte-parole de l'établissement, Pascale St-Pierre.

La sortie publique de la ministre Stéphanie Vallée, qui a précisé que son projet de loi sur la neutralité de l'État protège le patrimoine religieux du Québec, n'a pas fait bouger la direction de l'Hôpital. «Le projet de loi 62 n'empêche aucunement aux institutions de conserver au sein de leurs murs des éléments patrimoniaux, au contraire», a-t-elle insisté.»

Mise à jour: 2016-03-01 - Le Crucifix sera réinstallé

lundi 10 octobre 2016

Vandalisme à l'Église de Montebello lors du Rockfest 2016


L’église de Montebello s’est fait vandaliser pendant la fin de semaine du Amnesia Rockfest 2016. Dans la nuit du vendredi au samedi, des gens ont fait des graffitis sur les portes devant l’église qui donnent sur la rue principale de Montebello.



Il s’agit d’un cas isolé puisque des dizaines de milliers de personnes vont au Rockfest chaque année, mais c’est vraiment, vraiment tata. Une fenêtre du restaurant La Belle Bédaine a aussi été taguée par les graffeurs.

S’il y a une chose qui est vraiment cool et qui démarque le Rockfest des autres festivals et la tolérance de la ville et la police à laisser boire les gens/faire le party directement dans les rues de Montebello. Ce genre de comportement n’aide vraiment pas le festival.

Comme mentionné plus haut, ceci est un cas isolé parmi tous les festivaliers qui sont au Rockfest tous les ans. 99,99% des gens se comportent hyper bien. Reste que plusieurs festivaliers se sont aussi plaints de vols cette année. Gardez la bonne vibe pour les prochaines années. C’est ce qui fait tout le cachet du Rockfest.

Mise à jour : Le Rockfest a déjà tout repeinturé la devanture de l’église. Bon travail!

Le cimetière de Padoue vandalisé


MONUMENTS RENVERSÉS. Le cimetière de la petite municipalité de Padoue, dans la MRC de La Mitis, a été la cible d'un ou des vandales, au cours des derniers jours.



Une quarantaine de pierres tombales ont été jetées par terre. Dans toutes les allées du lieu de sépulture, des monuments ont été enlevés de leur socle et renversés sur le sol, épars.

Cet avant-midi, des citoyens défilaient dans le cimetière pour vérifier si la pierre tombale d'un parent défunt n'avait pas été endommagée. Les sœurs Colette et Aline Castonguay, respectivement de Les Capucins, en Gaspésie, et de Sainte-Blandine sont parties de chez elle ce matin pour constater l'état des lieux.



« C'est méchant et c'est ridicule de s'en prendre ainsi à un pauvre petit cimetière de village. C'est épouvantable ! » commente Colette Castonguay en jetant un regard dégoûté sur la scène. Sa sœur Aline renchérit : « Les pierres sont renversées et nous le sommes aussi. Ça n'a aucun sens, faut pas avoir de cœur » dit-elle, réconfortée en constatant que les pierres tombales de ses parents et grands-parents n'avaient pas été touchées.

Affairé à l'entretien de la tombe de son épouse, Jean-Guy Charette était lui aussi consterné. « Comment peut-on s'en prendre à un lieu sacré ? » s'est demandé l'homme.



La Fabrique de Padoue doit se réunir ce soir pour décider de la suite à donner. Une plainte a été formellement déposée à la Sûreté du Québec et une corvée pourrait avoir lieu prochainement, confirme la présidente de la Fabrique, Réjeanne Ouellet. « C'est ce que nous allons déterminer ce soir (mercredi) » a précisé madame Ouellet en déplorant le geste malveillant.

Cimetière de Joliette vandalisé


JOLIETTE. Des pierres tombales renversées au sol, une urne déterrée et vidée de son contenu, des vandales s'en sont pris au juste repos des morts au cimetière de Joliette dans la nuit de vendredi à samedi.



Une dizaine de pierres tombales semblent avoir été renversées de façon aléatoire dans le secteur est du cimetière, a pu constater TC Media.

Si la plupart ont seulement été retirées de leur socle, au moins une d'entre elle a été brisée.

Lors du passage du journal, les pierres tombales gisaient à côté de leur socle ou avaient été déposées à la verticale en avant de celui-ci.

Les vandales ont même déterré une urne du sol avant de la vider de son contenu, selon la Sûreté du Québec. Les dommages estimés dépassent 5000 $.

Les évènements se sont produits entre minuit et 11 h 45, selon ce qu'indique la Sûreté du Québec.

Une enquête a été ouverte et la police demande désormais l'aide du public afin d'épingler le ou les suspects de ces actes de vandalisme.

Toute information pouvant permettre d’identifier ces individus peut être communiquée à la Centrale de l’information criminelle au 1 800 659-4264.

Vandalisme au cimetière Saints-Anges de Jonquière


MÉFAITS. Le cimetière Saints-Anges de Jonquière a été le théâtre d'actes de vandalisme au goût douteux, dans la nuit de jeudi à vendredi.



C'est le fossoyeur de l'endroit qui a constaté les méfaits en arrivant sur les lieux, hier matin.

Ce dernier a immédiatement contacté la Corporation des cimetières catholiques de Jonquière pour leur faire part des évènements.

«Les cimetières sont souvent la cible de vandales. Il est fréquent de trouver des pierres renversées ou de surprendre des gens qui s'en servent comme cible de tir à l'arc, par exemple», nous explique Sonia Fortin de la Corporation des cimetières catholiques de Jonquière.

«Des gestes comparables à ceux constatés ce matin, [vendredi], arrivent environ une fois par an, mais ce qui s'est passé est la goutte d'eau qui a fait déborder le vase. Nous avons décidé de porter plainte officiellement à la police de Saguenay afin que cessent ces gestes irrespectueux», poursuit-elle.

Des actes inexplicables

Des arbres ont été arrachés et ébranchés afin de former ce qui peut ressembler à un tipi.



Des pierres blanches ont été ramassées autour des épitaphes et disposées en forme de pentagramme, évoquant les rituels sataniques. Des feux ont été allumés à différents endroits. Des fleurs ont été arrachées et de la terre a été utilisée pour souiller le columbarium.



Un important nettoyage des lieux devra être effectué, aujourd'hui, en vue de la cérémonie en mémoire des défunts qui est prévue pour dimanche.
Publicité - Lire la suite de l'article ci-dessous 

Mme Fortin déplore ces gestes et invite la population à communiquer toute activité suspecte à la Sécurité publique de Saguenay ou directement aux bureaux de la Corporation des cimetières catholiques de Jonquière au 418-695-9444.

mercredi 5 octobre 2016

Action Militante au Saguenay-Lac-Saint-Jean

Dans la paroisse de Saint-Ambroise au Saguenay-Lac-Saint-Jean, une statue de notre seigneur Jésus-Christ a été odieusement profanée.



Le mouvement Tradition Québec a effacé le graffiti enfantin, mais de très mauvais goût (une svastika parachevée du fameux chiffre de la bête) le premier octobre pour redonner le respect due à ce glorieux monument.

Source

mardi 23 août 2016

L'église de Saint-Justin met l'ensemble de ses biens aux enchères


Le Sacré-Coeur de l'église de Saint-Justin a été vendu pour 250$.    

Le Sacré-Coeur de l'église de Saint-Justin a été vendu pour 250$.